Recherche et innovation sociale

Accueil » Recherche et innovation sociale

Le Lab « Cérémonies rituelles »

Le LAB rassemble des célébrants, des artistes, des familles, des professionnels. Nous élaborons de nouvelles approches rituelles à partir de la voix, de la danse, de la scénographie, de l’écriture, de la musique…

Vous êtes intéressé.e.s par les cérémonies rituelles ? Vous êtes célébrant.e.s (ou futur.e célébrant.e), artistes, conteu.rs.ses, travailleu.r.se social.e, professionnel.le.s de santé, du funéraire, partenaires de Syprès familles, retraité, chercheurs, étudiants… le LAB vous permet de comprendre et d’expérimenter des formes rituelles civiles.

Le LAB a pour ambition de réinventer les cérémonies et hommages pour les familles endeuillées. Pour ce faire, le LAB esquisse les nouveaux contenus rituels et les nouveaux métiers, notamment celui de célébrant.  

Le LAB est composé d’une quinzaine de participants. Il expérimente une fois par mois de nouvelles approches rituelles en faisant appel au design thinking et à la médiation artistique : voix, danse, scénographie, écriture…

Pour intégrer le LAB, prenez contact avec la coopérative.

Projets pilotes : Professionnels confrontés à la mort

Pour expérimenter de nouveaux services nous constituons un programme de recherche avec des établissements pilotes confrontés de façon récurrente à la mort (Hôpitaux, EHPAD).

Ces professions confrontées à la mort sont très diverses. Elles œuvrent dans les champs de la santé, du soin, du funéraire, de l’administration, de l’accompagnement psychologique et spirituel…

Ces expérimentations portent sur :

  • La constitution d’hommage aux défunts,
  • Un service des derniers jours heureux,
  • Des formations et animations de groupe.

Aujourd’hui, plus de deux personnes sur trois décèdent en établissements hospitaliers ou spécialisés. Ce constat pose de nouveaux enjeux autour de la mort : l’interaction entre la famille, les résident.e.s et les professionnel.le.s des établissements nous oblige à imaginer de nouvelles approches dans la manière d’appréhender la mort pour préparer la fin d’une vie, honorer la dignité de la personne et recomposer les liens de celles et ceux qui restent.

Il s’agit alors de proposer des services qui font appel à des approches hybrides et interdisciplinaires, par exemple, en reconstituant le parcours des derniers moments du domicile à l’EHPAD pour proposer un hommage.

Ateliers Dernières volontés

Syprès engage une démarche de Recherche et Innovation qui consiste à modéliser, tester et expérimenter un service des dernières volontés, derniers « jours heureux » sur des territoires pilotes.

Syprès souhaite favoriser une appréhension élargie de la fin de vie, de la mort et du deuil. De pouvoir penser à ces aspects en étant pleinement conscient et informé des tenants et aboutissants. Et surtout lorsque le moment n’est pas contraint par le traumatisme d’un changement trop brutal : maladie, départ en EHPAD ou hôpital.

Deux fois par mois Syprès organise des Ateliers dernières volontés pour lever des tabous, afin de :

  • faire de ce passage une étape de la vie 
  • se sentir entendu et écouté
  • bénéficier de la dynamique collective pour mieux se projeter 
  • partager ses craintes et ses idées

La démarche consiste à se décentrer des cadres très pointilleux de la prévoyance, des directives anticipées et du testament pour partir des intentions globales de la personne et de son entourage, dans toute sa dimension sociale et culturelle. Et puis de compter sur la parole et l’écriture pour provoquer les derniers moments que l’on souhaite vivre et préparer les changements liés à la mort. 

C’est à partir de cette approche globale qu’il nous semble pertinent d’appréhender les directives anticipées, la prévoyance et les dispositions testamentaires.

En définitive la R&D sur un service « dernières volontés, derniers jours heureux » est l’occasion de se décentrer de ces cadres institués pour mieux y revenir.

Notre impact

L’impact visé par Syprès s’inscrit sur différents aspects portant sur les activités, les publics ou encore l’organisation.

En trois ans, il s’agit de mettre en place un prototype à échelle limitée pour réduire les coûts et démontrer l’intérêt de Syprès. Cette première étape de développement à moyen terme nécessite donc de :

  • Développer un service funéraire solidaire, artistique, écologique, sensible dont la valeur est centrée sur le rituel et l’attention aux familles. 
  • Montrer des capacités de R&D pour développer de nouveaux services avec une implication des parties prenantes : familles, bénévoles, professionnels confrontés à la mort, artistes et artisans, partenaires. 
  • Établir des partenariats structurants pour déployer les offres innovantes de services avec les hôpitaux et EHPAD du territoire, l’Union des Pompes Funèbres Publiques et les collectivités territoriales de Bordeaux Métropole.
  • Construire une offre structurée de déploiement de Syprès en France. Démontrer les capacités de développement de Syprès (modèle économique, implication des parties prenantes, gouvernances, ressources humaines…). Identifier les fonds nécessaires au changement d’échelle. Repérer les initiatives et établir des relations durables en vue de partenariats.

>> Il faudrait peut-être ajouter comment vous compter mesurer votre impact sur ces différents points.